Appuyez sur la touche Retour pour passer au contenu principal

L’importance de la répartition de l’actif

Il existe trois principales catégories d’actifs : les actions, les titres à revenu fixe et les liquidités (et quasi-liquidités). La proportion de vos placements que vous affectez à chacune dépend généralement de vos objectifs financiers, de votre tolérance au risque et du nombre d’années pendant lesquelles vous entendez laisser fructifier votre argent.

La répartition de l’actif peut avoir une incidence considérable sur votre capacité d’atteindre vos objectifs financiers. Si, dans l’ensemble, vos placements sont trop prudents du fait que les actions n’en représentent qu’une faible proportion, le potentiel de croissance de votre portefeuille pourrait être compromis.

Actions

Les actions sont considérées comme une catégorie d’actif plus risquée, mais sont généralement assorties du plus grand potentiel de croissance à long terme. La plus-value réalisée sur les actions est habituellement sous forme de gains en capital et de dividendes – ils font tous deux l’objet d’un traitement fiscal plus avantageux que celui des intérêts obtenus sur les titres à revenu fixe.

Titres à revenu fixe

Les titres à revenu fixe comprennent les obligations émises par des sociétés ou des gouvernements, les certificats de placement garanti (CPG) et autres valeurs productives d’intérêts. Ces titres sont généralement moins volatils que les actions, mais leur potentiel de rendement à long terme peut être moindre. Par ailleurs, même si les titres à revenu fixe versent des intérêts, il peut arriver que des titres gagnent ou perdent de la valeur, et ce, pour diverses raisons : changements apportés au taux directeur de la banque centrale, événements bien précis pouvant affecter l’entreprise ou l’État émetteur, solidité financière de l’émetteur ou encore nouvelles perspectives sur sa situation financière (modification de sa cote de solvabilité) et contexte macro-économique général.

Liquidités

Les liquidités et quasi-liquidités (tels que les bons du Trésor et les titres du marché monétaire) sont considérées comme les instruments de placement les plus sécuritaires. On y place généralement des sommes à des fins de préservation du capital, car ces titres ne procurent qu’un revenu d’intérêt modéré et n’ont aucun potentiel de croissance. Si l’on prend en compte l’impôt à payer sur l’intérêt touché sur de tels placements, ainsi que l’effet de l’inflation, on constate que la catégorie des liquidités et quasi-liquidités offre bien peu de possibilités de gains.

Le diagramme ci-dessous représente un exemple de la composition de l’actif d’un fonds commun de placement :

an example of an asset mix for a mutual fund

Bien que la répartition de l’actif soit une facette importante d’une stratégie de placement à long terme, bon nombre de personnes n’ont pas le temps ni l’expertise pour élaborer une combinaison de placements qui correspond à leur profil d’investisseur et qui répond à leurs besoins financiers à long terme. Voilà pourquoi il est important de collaborer avec un conseiller en placements.

Le présent contenu ne doit pas être utilisé ni interprété comme un conseil en placement ni comme un signe d’approbation ou une recommandation à l’égard des entités ou des titres dont il est question.

Actions/actions de revenu
Fonds sectoriels
Fonds équilibrés
Revenu fixe
Portefeuilles de pension personnels
Actions/actions de revenu
Fonds équilibrés
Revenu fixe
Revenu réel